منتدي السلوك العرفاني

السلام عليكم

انت غير مسجل(ه) بالمنتدي ادا كنت ترغب(ي) في الانضمام الينا فتفضل (ي) بالتسجيل

شكرا لكم

الاداره
منتدي السلوك العرفاني

العلم و القران و السنه و التصوف والسلوك و الرقيه الشرعيه و التداوي من السحر


    Texte intégral de la bible de barnabas ( ou barnabé

    شاطر
    avatar
    سيد خليل
    نائب المدير العام
    نائب  المدير العام

    ذكر
    عدد المساهمات : 123
    تاريخ التسجيل : 26/01/2011

    حصري Texte intégral de la bible de barnabas ( ou barnabé

    مُساهمة من طرف سيد خليل في الأربعاء مارس 27, 2013 12:05 am

    Texte intégral de la bible de barnabas ( ou barnabé

    Prologue de l'évangile de barnabé:
    Barnabé, apôtre de Jésus Nazaréen appelé Christ, à tous ceux qui habitent sur la terre, souhaite paix et consolation.
    Très chers, le grand et admirable Dieu nous a visités, ces jours passés, par son Prophète Jésus Christ, en grande miséricorde de doctrine de doctrine et de miracles. C'est pourquoi beaucoup, trompés par Satan, sous couvert de pitié, prêchent une doctrine fort impie: ils appellent Jésus fils de Dieu, rejettent la circoncision, alliance de Dieu à jamais, et autorisent toute sorte d'aliments impurs. Parmis eux, Paul lui-même est dans l'erreur, et je n'en parle pas sans douleurs.
    En conséquence, je vous écris cette vérité que j'ai vue et entendue en fréquentant Jésus, afin que vous soyez sauvés, que vous vous ne soyez pas trompés par Satan et que vous ne périssiez pas dans le jugement de Dieu. Gardez-vous donc de quiconque vous prêche une doctrine nouvelle opposée à ce que je vous écris, pour que vous soyez sauvés à jamais. Que le grand Dieu soit avec vous et vous garde de Satan et de tout mal! Amen.
    Chapitre 1 de l'évangile de barnabé
    Ce premier chapitre contient l'annonce de l'ange Gabriel à la vierge Marie au sujet de la naissance de Jésus.
    Ces années passées, une vierge appelée Marie, de la race de David, de la tribu de Juda, reçut la visite de l'ange Gabriel envoyé par Dieu. Cette vierge vivait en toute sainteté, sans aucun scandale, sans reproche, dans la prière et les jeûnes. Un jour qu'elle était seule, l'ange Gabriel entra dans sa chambre et la salua en ces termes: "Que Dieu soit avec toi, Marie!" A la vue de l'ange, la vierge prit peur. Celui-ci la réconforta en disant: "Ne crains pas, Marie, car tu es agréable à Dieu. Il t'a choisie pour être la mère d'un Prophète qu'il enverra au peuple d'Israël pour qu'ils marchent dans sa loi d'un cœur sincère". La vierge répondit: "Comment mettrais-je au monde des enfants puisque je ne connais pas d'homme?". L'ange reprit: "Marie, Dieu qui a fait l'homme sans homme est capable d'engendrer en toi l'homme sans homme car pour lui rien n'est impossible". Marie répondit: "Je sais que Dieu est tout puissant; aussi que sa volonté soit faite!". L'ange reprit: "Maintenant, en toi a été conçu le Prophète, tu l'appelleras Jésus. Tu le préserveras du vin, de la boisson fermentée et de tout aliment impur, car l'enfant est de Dieu". Marie s'inclina humblement et dit: " Voici la servante de Dieu. Qu'il advienne selon ta parole!".
    L'ange s'en alla et la vierge glorifia Dieu en disant: "Ô mon âme. reconnais la grandeur de Dieu! Et toi mon esprit, exulte en Dieu mon sauveur qui a si bien regardé l'humilité de sa servante que je serais appelée bienheureuse par toutes les nations! En effet, il m'a faite grande celui qui est puissant. Que son saint nom soit béni, car sa miséricorde s'étend a travers toutes les générations qui le craignent! Il a rendu puissante sa main. Il a dispersé le superbe dans ses desseins. Il a déposé les puissants de leurs trônes. Il a exalté les humbles. Il a comblé de biens ceux qui avaient faim, et les riches ils les a renvoyés vides, car il se souvient des promesses faites à Abraham et à son fils à jamais.
    Chapitre 2 l'évangile de barnabé
    Avertissement de l'ange Gabriel à Joseph sur la conception de la vierge Marie.
    Une fois connue la volonté de Dieu, Marie craignant que le peuple ne se scandalise de ce qu'elle était enceinte et ne la lapide comme coupable de fornication, élut un compagnon de sa race, un homme appelé Joseph, de vie irréprochable. En effet, en juste qu'il était, il craignait Dieu et le servant dans les jeûnes et la prière, vivant de l'œuvre de ses mains, car il était charpentier.
    Connaissant un tel homme, la vierge le choisit pour compagnon et lui révéla le dessein divin.
    Quand Joseph s'aperçut que Marie était enceinte, il voulait l'abandonner en juste qu'il était, car il craignait Dieu.
    Or, tandis qu'il dormait il fut réprimandé par l'ange en ces termes: “Joseph, pourquoi veux-tu abandonner Marie, ton épouse? Sache que tout ce qui s'est fait en elle est arrivé par la volonté de Dieu! La vierge enfantera un fils. Tu l'appelleras Jésus. Tu le préserveras du vin, de la boisson fermentée et de tout aliment impur, car il est saint de Dieu dans le ventre de sa mère. Il est Prophète de Dieu, envoyé au peuple d'Israël pour convertir Juda dans son cœur et pour qu'Israël marche dans la loi du seigneur, comme il est écrit dans la loi de Moïse. Il viendra avec une grande puissance que Dieu lui donnera et il fera de grands miracles, c'est pourquoi beaucoup se sauveront”.
    En s'éveillant, Joseph remercia Dieu et demeura avec Marie toutes les années de sa vie, servant Dieu en toute sincérité.
    Chapitre 3 l'évangile de barnabé
    Admirable naissance de Jésus et apparition d'anges qui louaient Dieu.
    En ce temps-là, Hérode régnait en Judée par décret de César Auguste; Pilate était gouverneur, étant pontifes Anne et caïphe. C'est alors que par décret d'Auguste, tout le monde se fit recenser. A cet effet chacun se rendait a sa patrie et se présentait a sa tribu pour se faire recenser.
    Joseph, originaire de Nazareth, ville de Galilée, partit donc pour Bethléem avec Marie, son épouse, qui était enceinte, afin d'y être recensé selon le décret de César. C'était en effet sa ville puisqu'il était de la race de David.
    Parvenu a Bethléem, comme la ville était petite et que la foule des pèlerins était grande, il ne trouva pas de place. Aussi se logea-t-il hors de la ville, dans un endroit fait pour abriter les bergers. Tandis que Joseph y demeurait, le temps arriva où Marie devait enfanter.
    La vierge fut environnée d'une immense splendeur et elle enfante son fils sans douleur. Elle le prit dans ses bras, l'enveloppa de langes et le posa dans l'étable, car il n'y avait pas de place à l'auberge. Une multitude d'anges vint à l'auberge avec allégresse, bénissant Dieu et annonçant la paix a ceux qui craignent Dieu. Marie et Joseph louaient le Seigneur pour la naissance de Jésus et le nourrissaient avec une joie extrême.
    Chapitre 4 l'évangile de barnabé
    Des anges annoncent la naissance de Jésus aux bergers. Ceux-ci après l'avoir trouvé, l'annoncent (à leur tour).
    En ce temps-là les bergers étaient en train de veiller sur leur troupe au selon leur habitude. Et voici qu'ils furent environnés d'une immense splendeur. C'est alors que leur apparut un ange qui glorifiait Dieu. Les bergers furent remplis de frayeur à cause de la lumière soudaine et de l'apparition de l'ange. Aussi l'ange du Seigneur les réconforta-t-il en disant:“Voici que je vous annonce une grande joie: il est né dans la ville de David un enfant, Prophête du Seigneur. Il apporte grand salut à la maison d'Israël. Ce petit enfant vous le trouverez dans l'étable, ainsi que sa mère qui glorifie Dieu”. A ces mots, survint une multitude d'anges qui glorifiaient Dieu et annonçait la paix à ceux qui sont de la bonne volonté.
    Les anges partis, les bergers parlaient ainsi entre eux: “Allons jusqu'à Bethléem et voyons la parole que Dieu nous a annoncée par son ange!” Beaucoup de bergers vinrent à Bethléem à la recherche du nouveau né. Hors de la ville, ils trouvèrent le nouveau-né, couché dans l'étable comme l'ange l'avait dit. Ils se révérèrent donc et donnèrent à la mère ce qu'ils avaient tout en lui en racontant ce qu'ils avaient entendu et vu. Cependant Marie conservait tout cela dans son coeur, de même que Joseph, et ils remercièrent Dieu. Les bergers retournèrent à leur troupeau en racontant à chacun ce qu'ils avaient vu.
    Aussi toute la montagne de Judée fut-elle remplie de crainte et tout homme se demanda dans son coeur: “Que deviendra cet enfant ?”.
    Chapitre 5 l'évangile de barnabé
    Circoncision de Jésus.
    Quand furent accomplis les huits jours, selon la loi de Seigneur, comme il est écris au livre de Moïse, ils prirent l'enfant et le portèrent au temple pour le circoncir. Ils le circoncirent donc et l'appelèrent “Jésus” comme l'avait dit l'ange du Seigneur avant qu'il fut conçu. Marie et Joseph surent que cet enfant devait être pour le salut et la ruine de beaucoup. Aussi craignirent-ils Dieu, et ils servaient l'enfant avec crainte de Dieu.
    Chapitre 6 l'évangile de barnabé
    D'Orient en Judée, trois mages sont guidés par une étoile. Ayant trouvé Jésus, ils le révèrent et lui offrent des présents.
    Dans les régions orientales, sous le règne d'Hérode, roi de Judée, après la naissance de Jésus, trois mages scrutaient les étoiles du ciel. Or une étoile d'une grande splendeur leur apparut. En ayant délibéré entre eux, d'un commun accord ils se rendirent en Judée. L'étoile les guidait en les précédant.
    Parvenus à Jérusalem, ils demandèrent où était né le roi des Juifs. En l'entendant, Hérode eut peur et toute la ville fut troublée. Hérode convoqua donc les prêtres et les scribes et leur demanda où devait naître le Christ. Ils répondirent qu'il devait naître à Bethléem, comme il est écrit par le Prophète: “ Et toi Bethléem, tu n'es pas petite parmis les princes de Juda, car c'est de toi que sortira un chef qui conduira mon peuple Israël!”.
    Hérode convoqua donc les mages et les interrogea sur la raison de leur venue. Ils leur répondirent qu'ils avaient vu une étoile en Orient, qu'elle les avait guidés jusqu'en ce lieu, qu'ils voulaient adorer ce nouveau roi que montrait son étoile et lui offrir des présents. Hérode dit alors: “Allez à Bethléem! Avec grand soin enquérez-vous de l'enfant. Et quand vous l'aurez trouvé, venez me le dire, car moi aussi je veux aller l'adorer”. Il disait cela pour les tromper.
    Chapitre 7 l'évangile de barnabé
    La visite des mages à Jésus; leur retour chez eux et l'avertissement que Jésus leur donna en songe.
    Les mages sortirent donc de Jérusalem. Et voici que l'étoile qui leur était apparue en Orient les précédait. A sa vue, ils furent remplis de joie. Parvenus à Bethléem, à l'écart de la ville, ils virent l'étoile arrêtée au-dessus de l'auberge où était né Jésus. Les mages s'y rendirent donc. Entrés dans la pièce, ils trouvèrent l'enfant et sa mère et se prosternant, ils le révérèrent. Tout en racontant à la vierge tout ce qu'ils avaient vu, les mages offrirent à l'enfant des aromates, de l'argent et de l'or.
    Puis, pendant leur sommeil, ils furent exhortés par l'enfant à ne pas se rendre chez Hérode. Ils partirent donc par une autre route et s'en retournèrent chez eux en racontant tout ce qu'ils avaient vu en Judée.
    Chapitre 8 de l'évangile de barnabé
    Fuite en Egypte où l'on emporte Jésus: Hérode massacre les enfants innocents.
    Voyant que les mages ne revenaient pas, Hérode s'estima joué par eux. Il se décida donc à faire mourir l'enfant ou nouveau-né.
    Mais voici que pendant le sommeil de joseph, l'ange du Seigneur lui apparut et lui dit: “Vite! Lève-toi! Prends l'enfant et la mère et va-t'en en Egypte. Ils y demeurèrent jusqu'à la mort d'Hérode.
    Celui-ci, s'estimant bafoué par les mages, envoya ses soldats massacrer tous les enfants nouveau-nés à Bethléem. Les soldats vinrent donc et tuèrent tous les enfants qui s'y trouvaient comme le leur avait commandé Hérode. Alors s'accomplirent les paroles du Prophète: “Lamentation et larmes sont abondantes en Rama: Rachel pleur ses fils, mais il n'y a pas de consolation, car ils ne son plus!”.
    Chapitre 9 l'évangile de barnabé
    Rentré en Judée, Jésus a une merveilleuse discussion avec les docteurs, il est alors âgé de douze ans.
    A la mort de Hérode, voici que l'ange du Seigneur apparut en songe a Joseph et lui dit: Rentre en Judée, car ils sont morts ceux qui voulaient la mort de l'enfant!” Joseph prit donc l'enfant alors âgé de sept ans, ainsi que Marie, et il vint en Judée. Là, il apprit qu'Archelaüs, fils d'Hérode, régnait en Judée; craignant d'y demeurer, il s'en alla en Galilée. Ils vinrent habiter Nazareth. L'enfant grandissait en grâce et en sagesse devant Dieu et devant les hommes.
    A douze ans, avec Marie et Joseph, Jésus monta a Jérusalem pour y adorer selon la loi du Seigneur écrite au livre de Moïse. La prière faite, ils s'en allèrent en ayant perdu Jésus, ils croyaient en effet qu'il était retourné à la maison avec des membres de leur famille. Marie et Joseph revinrent donc à Jérusalem, en cherchant Jésus parmis les membres de leur famille et leurs voisins.
    Le troisième jour, ils retrouvèrent l'enfant dans le temple parmi les docteurs, discutant avec eux de la loi. Chacun s'étonnait de ses demandes et de ses réponses et disait:“Comment peut-il y avoir en lui une belle doctrine, puisqu'il n'a pas appris à lire!”
    Marie le réprimanda: “Fils, que nous as-tu fait? Voici que moi et ton père nous t'avons cherché trois jours dans la douleur!” Jésus répondit: “ne savez-vous pas que le service de Dieu doit passer avant père et mère?”. Jésus descendit à Nazareth avec sa mère et Joseph. Il leur était soumis avec humilité et révérence.
    Chapitre 10 l'évangile de barnabé
    A trente ans, sur le mont des Oliviers, Jésus reçoit de l'ange Gabriel l'évangile d'une façon merveilleuse.
    A trente ans, comme il me l'a dit, Jésus était allé ramasser des olives avec sa mère sur le mont des oliviers. A l'heure de midi, tandis qu'il priait, parvenu aux mots:“Seigneur, avec miséricorde …”, il fut environné d'une immense splendeur et d'une multitude infinie d'anges qui disaient: “Dieu soit béni!”
    L'ange Gabriel lui présenta un livre comme un brillant miroir. Ce livre descendit dans le cœur de Jésus' il y apparût ce que Dieu a fait, ce que Dieu a dit, ce que Dieu veut, si bien que toute chose fut pour lui nue et ouverte, ainsi qu'il me l'a dit: “crois-le, Barnabé, je connus chaque Prophète, si bien que tout ce que je dis sort de ce livre”.
    Après cette vision, se sachant Prophète envoyé à la maison d'Israël, Jésus révéla tout à Marie, sa mère, en lui disant qu'il devait souffrir grande persécution pour l'honneur de Dieu et qu'il ne pouvait plus être continûment avec elle pour la servir. A ces paroles, Marie répondit: “Avant ta naissance, fils, tout me fut annoncé. Aussi que le saint nom de Dieu soit béni!” Ce jour-là, Jésus quitta donc sa mère pour s'adonner à sa mission prophétique.
    Chapitre 11 l'évangile de barnabé
    Jésus guérit merveilleusement un lépreux, et se rend à Jérusalem.
    En descendant de la montagne pour se rendre à Jérusalem, Jésus rencontra un lépreux. Par inspiration divine, celui-ci sut que Jésus était Prophète. Aussi le priait-il en pleurant: “Jésus, fils de David, aie pitié de moi!”
    Jésus répondit: “que veux-tu que je fasse pour toi, frère?” Le lépreux reprit: “Seigneur, rends-moi la santé!” Jésus le réprimanda:“Es-tu fou? Prie Dieu qui t'a créé et il te rendra la santé, car moi je suis un homme comme toi!” Le lépreux dit: “Seigneur, je sais que tu es un homme, mais saint du Seigneur! C'est pourquoi prie Dieu toi-même et il me rendra la santé”.
    Jésus dit alors en soupirant: “Seigneur Dieu tout-puissant, pour l'amour des saints Prophètes, rends la santé à cet infirme!” Après ces paroles, touchant l'infirme de ses mains: “Au nom de Dieu, frère, dit-il, recouvre la santé!” A peine avait-il prononcé ces mots que la lèpre fut purifiée, si bien que la chair du lépreux devient comme celle d'un enfant.
    Dès qu'il se vit guéri, le lépreux se mit à crier à haute voix: “Israël, viens accueillir le Prophète que Dieu t'envoie!” Jésus le pria:“Frère, tais-toi, ne dis rien!” Mais plus il le priait, plus l'autre criait: “Voici le Prophète! Voici le saint de Dieu!”
    A ces paroles, beaucoup de ceux qui quittaient Jérusalem revinrent sur leurs pas et y entrèrent avec Jésus en disant ce que Dieu avait fait au lépreux par Jésus.
    Chapitre 12 l'évangile de barnabé
    Premier sermon, d'une doctrine admirable, que Jésus fit au peuple à propos du nom de Dieu.
    Ces paroles émurent toute la ville de Jérusalem, et comme Jésus était entré dans le temple pour y prier, ils accoururent tous au point qu'ils pouvaient à peine s'y tenir. Les prêtres prièrent donc Jésus : «Ce peuple désir te voir et t'entendre; monte donc dans la pinacle et parle au nom du Seigneur si Dieu te donne de parler !».
    Jésus monta à l'endroit d'où parlaient les scribes et d'un signe de la main, ayant demandé le silence, il ouvrit la bouche et dit : «Que soit béni le saint nom de Dieu qui, dans sa bonté et sa miséricorde, voulut créer ses créatures pour qu'elles le glorifient! Que soit béni le saint nom de Dieu qui créa la splendeur de tous les saints et Prophètes avant toute chose pour l'envoyer pour le salut du monde comme il l'a dit par David, son serviteur :«Avant Lucifer, en splendeur des saints, je t'ai créé!» Que soit béni le saint nom de Dieu qui créa les anges pour qu'ils le servent! Que Dieu soit béni qui puni et réprouva Satan et ceux qui le suivirent parce qu'ils n'ont pas voulu vénérer celui que Dieu voulait qu'ils vénèrent! Que soit béni le saint nom de Dieu qui créa l'homme de la boue de la terre et qui l'établit sur ses œuvres! Que soit béni le saint nom de Dieu qui chassa l'homme du paradis parce qu'il avait transgressé son saint précepte! Que soit béni le saint nom de Dieu qui regarda avec miséricorde les larmes d'Adam et d'Eve, premiers parents du genre humain! Que soit béni le saint nom de Dieu qui punit justement Caïn, le fratricide, qui envoya le déluge sur la terre, qui brûla trois villes scélérat, flagella l'Égypte, engloutit Pharaon dans la Mer Rouge , dispersa les ennemis de son peuple, châtia les incrédules et punit les impénitents! Que soit béni le saint nom de Dieu qui prit misèricordieusement soin de ses créatures et leur envoya en conséquence ses saints Prophètes pour qu'elles marchent devant lui avec vérité et justice! Qui délivra ses serviteurs de tout mal et leur donna ce pays comme il l'avait promis à notre père Abraham et à son fils, pour toujours! Puis, par son serviteur Moïse il nous donna la sainte loi pour que Satan ne nous trompe pas, et nous éleva au-dessus des autres peuples. Mais nous, frères, quefaisons-nous aujourd'hui pour éviter d'être punis à cause de nos péchés?»
    Alors, avec une très grande force, Jésus fait reproche à la foule d'avoir oublié la parole de Dieu et de ne s'occuper que de vanité. Il fit reproche aux prêtres de leur négligence dans le service de Dieu doctrine vaine et d'amoindrir la loi de Dieu. Il fit reproche aux docteurs de d'anéantir la loi de Dieu avec leurs traditions.
    Et Jésus admonesta tant le peuple que tous pleuraient, du plus et de leur cupidité. Il fit reproche aux scribes de prêcher une était au plus grand; ils demandaient pardon et priaient Jésus de prier pour eux, sauf les prêtres et leur chef qui prirent Jésus en haine ce jour là parce qu'il avait ainsi parlé contre prêtres, scribes et docteurs. Ils se mirent à envisager sa mort, mais ils n'en soufflèrent mot par crainte du peuple qui l'avait reçu en Prophète de Dieu.
    Ayant levé les mains vers le Seigneur Dieu, Jésus priait. Et le peuple disait en pleurant: «Qu'il en soit ainsi, Seigneur, qu'il en soit ainsi!» Après la prière, Jésus descendit du temple. Il quitta Jérusalem ce jour-là ainsi que beaucoup de gens qui le suivaient. Et les prêtres entre eux disaient du mal de Jésus.
    Chapitre 13 l'évangile de barnabé
    Notable crainte de Jésus; son oraison; et le réconfort merveilleux de l'ange Gabriel.
    Quelques jours plus tard, ayant su en esprit la résolution des prêtres, Jésus gravit le mont des Oliviers pour prier.
    Au matin, après avoir prié toute la nuit, Jésus dit dans sa prière : «Seigneur, je sais que les scribes me haïssent et que les prêtres envisagent de me faire mourir, moi, ton serviteur, Aussi, Seigneur tout-puissant et miséricordieux, écoute dans ta miséricorde les prières de ton serviteur et sauve-moi de leurs pièges, car tu es mon salut. Tu sais, Seigneur, que moi, ton serviteur, je ne cherche que toi et que je parle ta parole, parce que ta parole est vérité qui dure toujours!»
    Jésus ayant prononcé ces mots, voici que l'ange Gabriel vint à lui en disant :«Ne crains pas, Jésus, car des milliers et des milliers de ceux qui habitent au-dessus du ciel conservent tes vêtements. Tu ne mourras pas avant que s'accomplisse toute chose et que le monde soit proche de sa fin».Jésus tomba la face contre terre en disant :« Seigneur, Grand Dieu, qu'elle est grande ta miséricorde à mon égard! Que te donnerais-je, Seigneur, pour tout ce que tu m'as donné?» L'ange Gabriel répondit :«Lève-toi, Jésus, et souviens-toi d'Abraham! Pour accomplir la parole de Dieu, il voulait sacrifier Ismaël, son fils unique. Or, comme son couteau ne pouvait trancher son fils, il offrit, sur ma parole, un mouton à sacrifier. Tu feras donc de même, toi aussi, Jésus, serviteur de Dieu!»Jésus répondit :«Volontiers, mais où trouverais-je l'agneau, car je n'ai pas d'argent, et il n'est pas permis de le voler ». Alors l'ange Gabriel lui présenta un bélier et Jésus l'offrit en sacrifice en louant et bénissant Dieu qui est glorieux à jamais.
    Chapitre 14 l'évangile de barnabé
    Après le jeûne de quarante jours, Jésus choisit douze apôtres.
    Jésus descendit de la montagne, et, seul, durant la nuit, il passa de l'autre côté du Jourdain. Il jeûna quarante jours et quarante nuits, sans rien manger, ni de jour ni de nuit, priant continuellement le Seigneur pour le salut de son peuple auquel Dieu l'avait envoyé.
    Les quarante jours passés, il eut faim. Satan se présenta à lui et le tenta par beaucoup de paroles, mais Jésus le chassa, en vertu de paroles de Dieu. Satan parti, les anges vinrent et servirent à Jésus ce qui lui était nécessaire.
    Revenu dans la région de Jérusalem, Jésus fut retrouvé par la foule avec une joie extrême. Ils le prièrent de rester parmi eux, car ses paroles n'étaient pas comme celles des scribes : prononcées avec autorité, elles touchaient le cœur. Jésus, voyant que grande était la multitude de ceux qui revenaient à leur cœur pour marcher dans la loi de Dieu, gravit la montagne. Toute la nuit, il se tint en prière. Le jour venu, il descendit de la montagne et choisit les douze apôtres, et parmi eux, Judas, celui qui fut mis à mort sur la croix. Leurs noms sont : André et Pierre son frère, pêcheurs, Barnabé qui écrivit ceci, ainsi que Mathieu le publicain qui s'asseyait au comptoir, Jean et Jacques fils de Zébédée, Thaddée et Jude, Barthélémy et Philippe, Jacques et Judas Iscariote, le traître. Il leur communiqua toujours les secrets divins, mais il fit de Judas l'Iscariote l'intendant de ce qu'on lui donnait en aumône. Mais lui, voulait la dîme de tout.
    Chapitre 15 l'évangile de barnabé
    Miracle accompli par Jésus aux noces, en changeant l'eau en vin.
    A l'approche de la fête des tabernacles, un homme riche invita Jésus aux noces avec ses apôtres et sa mère. Jésus y alla donc. Tandis qu'ils mangeaient, le vin leur manqua. Sa mère s'approcha de Jésus et dit :«Ils n'ont pas de vin ». Jésus répondit :«Et qu'importe, ma mère! » Sa mère commanda aux serviteurs d'obéir à tout ce que Jésus demanderait. Il y avait là six jarres destinées à la purification avant la prière, selon la coutume d'Israël. Jésus dit :«Remplissez d'eau ces jarres!» Les serviteurs le firent . Jésus leur dit :«Au nom de Dieu. Donnez à boire à ceux qui mangent ». Les serviteurs portèrent donc à boire au majordome qui réprimanda les servants :«Mauvais serviteurs, pourquoi avez-vous gardé le meilleur vin jusqu'à maintenant? » En effet, il ne savait rien de ce que Jésus avait fait. Les serviteurs répondirent :«Maître, il y a ici un homme saint de Dieu; car il a fait du vin avec de l'eau ». Le majordome pensait que les serviteurs étaient ivres, mais ceux qui étaient assis à côté de Jésus et qui avaient tout vu, se levèrent de table et le révérèrent en disant :«Vraiment, tu es saint de Dieu, vrai Prophète qui nous a été envoyé par Dieu. »
    Alors ses disciples crurent en lui; beaucoup rentrèrent en eux-mêmes et dirent :«Loué soit Dieu qui a pitié d'Israël et qui visite avec amour la maison de Juda! Béni soit son saint nom! ».
    Chapitre 16 l'évangile de barnabé
    Merveilleux enseignement que Jésus adressa aux apôtres au sujet du changement de vie.
    Un jour, Jésus convoqua ses disciples et gravit la montagne. Quand il fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. Ayant ouvert la bouche, il les enseignait en disant : «Grands sont les bienfaits de Dieu envers nous! Il nous faut donc le servir dans la vérité du cœur, car le vin nouveau se met dans des outres neuves. Ainsi, vous aussi, vous devez devenir des hommes nouveaux si vous voulez comprendre la doctrine nouvelle qui sortira de ma bouche.
    Je vous le dis, en vérité même que l'homme ne peut voir de ses yeux, en même temps, le ciel et la terre, de même il est impossible d'aimer en même temps Dieu et le monde. On ne peut en aucune façon servir deux maîtres ennemis l'un de l'autre, car si l'un vous aime, l'autre vous aura en haine. Je vous le dis en vérité : vous ne pouvez pas servir Dieu et le monde, car le monde est établi dans le mensonge, la cupidité et la méchanceté. Il est donc impossible que vous y trouviez le repos, mais bien plutôt persécution et dommage. Servez donc Dieu et méprisez le monde, car vous trouverez par moi le repos de vos âmes. Ecoutez mes paroles, car je vous parle en vérité : ils sont vraiment heureux ceux qui déplorent cette vie du monde, parce qu'ils seront consolés! Bienheureux les pauvres qui haïssent vraiment les délices du monde, parce qu'ils seront comblés des délices du royaume de Dieu! Oh, vraiment bienheureux ceux qui mangent à la table de Dieu, parce que le anges les serviront! Vous êtes en voyage comme des pèlerins : est-ce que le voyageur se charge sur son chemin de maisons, de champs et d'autres choses terrestres? Bien sûr que non! Mais il porte des choses légères, appréciées pour leur utilité et leur peu d'embarras. Eh bien, voilà votre exemple!
    Et si vous voulez un autre exemple, je vous le donnerai pour que vous fassiez ce que je vous dis. N'alourdissez pas votre cœur de désirs terrestres en disant :«Qui nous vêtira? qui nous donnera à manger?» Mais regardez les fleurs, les arbres et les oiseaux. Dieu, notre Seigneur, les habille et les nourrit plus magnifiquement que toutes les magnificences de Salomon!
    Dieu qui vous a créé et appelé à son service est capable de vous nourrir, lui qui pendant quarante ans au désert fit pleuvoir la manne du ciel pour son peuple Israël et qui ne laissa pas leurs vêtements s'user ni tomber en lambeaux! Et ils étaient six cent quarante mille hommes sans compter les femmes et les enfants. je vous le dis en vérité : le ciel et la terre viendront à manquer, mais sa miséricorde envers ceux qui le craignent ne manquera pas.
    Par contre les riches du monde, dans leur prospérité, sont affamés et périssent. Il y avait un homme riche dont les revenus venaient d'augmenter. Il disait :«Que vais-je faire, ô mon âme? je démolirai les greniers, car ils sont petits, et j'en ferai d'autres plus grands. Alors, tu triompheras, ô mon âme!» Malheureux! il mourut cette même nuit. Il aurait du penser aux pauvres et s'en faire des amis en leur faisant l'aumône des richesses injustes de ce monde, car ce sont eux qui emportent les trésors dans le royaume du ciel. Dites-moi, s'il vous plaît, si vous donniez en banque à un publicain et qu'il vous rendît dix ou vingt pour un, ne donneriez-vous à cet homme tout ce que vous auriez? mais je vous le dis en vérité : de tout ce que vous donnerez ou laisserez pour l'amour de Dieu, vous recevrez cent pour un et la vie éternelle. Voyez donc comme vous devez être contents de servir Dieu!
    Chapitre 17 de l'évangile de barnabé
    Dans ce chapitre, on apprend clairement l'infidélité des chrétiens et la vraie foi du croyant.
    A ces paroles de Jésus, Philippe répondit :«nous sommes contents de servir Dieu, mais nous désirons connaître Dieu, car le Prophète Isaïe a dit :«Vraiment, tu es un Dieu caché!». Et Dieu dit à Moïse son serviteur :«Je suis celui qui suis». Jésus reprit :« Philippe, Dieu est un bien sans lequel il n'y a pas de bien. Dieu est un être sans qui rien n'existe. Dieu est une vie, sans qui rien ne vit. Il est si grand qu'il remplit tout et qu'il est partout. Il est le seul qui soit sans égal. Il n'a pas eu de commencement et il n'aura jamais de fin, mais il a donné commencement à tout et à tout il donnera fin. Il n'a ni père, ni mère, il n'a pas d'enfants, ni de frères, ni de compagnons. Et comme il n'a pas de corps, il ne mange pas, il ne dort pas, il ne meurt pas, il ne marche pas, il ne se meut pas, mais il demeure éternellement, sans ressemblance humaine, car il est incorporel, sans composition, immatériel, d'une substance parfaitement simple. Il est si bon qu'il aime seulement la bonté. Il est si juste que lorsqu'il punit ou pardonne, on ne peut pas le reprendre. Bref, je te le dis, Philippe, ici-bas tu ne peux ni le voir, ni le connaître parfaitement, mais dans son royaume, tu le verras pour toujours. En lui consiste toute notre félicité et notre gloire!»
    Philippe répondit :«Que dis-tu, Maître? Il est écrit aussi en Isaïe que Dieu est notre Père; comment donc n'a-t-il pas d'enfants?» Jésus dit :«Beaucoup de paraboles sont écrites dans tous les Prophètes; pourtant tu ne dois pas les comprendre selon la lettre mais selon le sens. En effet les cent quarante quatre mille Prophètes que Dieu envoya au monde, ont parlé obscurément, mais après moi viendra la splendeur de tous les Prophètes et saints; il éclairera les ténèbres de tout ce qu'ont dit les Prophètes, car il est le Messager de Dieu »
    Cela dit, Jésus soupira et ajouta :« Aie pitié d'Israël, Seigneur Dieu! avec bonté veille sur Abraham et sur sa descendance pour qu'ils te servent en vérité de cœur.» Ses disciples répondirent :«Qu'il en soit ainsi, Seigneur notre Dieu!» Jésus dit :«Je vous le dis en vérité : les scribes et les docteurs ont rendu vaine la loi de Dieu avec leurs fausses prophéties contraires aux prophéties des vrais Prophètes de Dieu. Aussi Dieu est-il irrité contre la maison d'Israël et contre cette génération incrédule!» A ces paroles, les disciples pleuraient et disaient : «Dieu, aie pitié du temple de la cité sainte! Ne la donne pas en opprobre aux nations pour qu'elles ne méprisent pas ton alliance sainte !» Jésus répondit :«Qu'il en soit ainsi. Seigneur. Dieu de nos pères!»
    Chapitre 18 de l'évangile de barnabé
    On montre dans ce chapitre la persécution des serviteurs de Dieu par le monde et la protection de Dieu qui le sauve.
    Jésus ajouta :«ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisi pour que vous soyez mes disciples. Si le monde vous hait, vous serez vraiment mes disciples, car le monde a toujours été ennemi des serviteurs de Dieu. Souvenez-vous des saints Prophètes tués par le monde! Au temps d'Elie, dix mille Prophètes ont été tués par Jézabel; le pauvre Elie ne s'en tira qu'avec peine, ainsi que sept mille fils de Prophètes que cacha le capitaine de l'armée d'Achad. O monde inique, toi ne connaît pas Dieu!
    Mais vous, ne craignez pas, car les cheveux de votre tête sont si bien comptés qu'ils ne seront pas détruits. Regardez les moineaux et autres oiseaux : il ne leur tombe pas une seule plume sans la volonté de Dieu. Dieu prendrait-il donc plus de soin des oiseaux que de l'homme pour lequel il a tout créé? Se trouverait-il par hasard un homme qui prendrait plus de soin de ses souliers que de son propre fils? Bien sûr que non! Eh bien, encore moins devez-vous penser que Dieu vous abandonnerait alors qu'il prend soin des oiseaux! et que dis-je, des oiseaux? Une feuille d'arbre ne tombe pas sans la volonté de Dieu!
    croyez-moi, je vous le dis en vérité, le monde vous craindra beaucoup si vous observez mes paroles. En effet, il ne vous hait que parce qu'il craint de voir sa malice découverte. Il craint d'être découvert, il vous haïra donc et il vous persécutera . Si vous voyez que vos paroles sont méprisées par le monde, ne vous contrastez pas; considérez que Dieu est plus grand que vous et qu'il est tellement méprisé par le monde que sa sagesse passe pour de la folie. Si Dieu supporte le monde avec patience, pourquoi voudriez-vous vous attrister, poussière et boue de la terre? Dans votre patience, vous possèderez votre âme. C'est pourquoi, si quelqu'un vous donne un soufflet sur une joue, présentez-lui l'autre pour qu'il la frappe!
    Ne rendez pas le mal pour le mal, car c'est ainsi que font les pires animaux! Mais rendez le bien pour le mal et priez pour ceux qui vous haïssent! Ce n'est pas par le feu qu'on éteint le feu, mais par l'eau. Aussi je vous le dis, vous ne vaincrez pas le mal, mais au contraire par le bien. Voyez Dieu : il fait venir le soleil sur les bons et sur les méchants, ainsi que la pluie! C'est pourquoi vous aussi, vous devez faire du bien à tous, car il est écrit dans la loi :«Soyez saints parce que moi, votre Dieu, je suis saint! Soyez purs parce que je suis pur, et soyez parfait parce que je suis parfait». Je vous le dis en vérité : le serviteur s'efforce de plaire à son maître et par conséquent il ne s'habille pas de ce qui lui déplaît. Vos habits, ce sont votre volonté et votre amour. Gardez-vous de vouloir et d'aimer rien qui déplaise à Dieu notre Seigneur! soyez sûrs que Dieu a en haine le luxe et la concupiscence du monde. Donc, pour vous, haïssez le monde!»
    Chapitre 19 de l'évangile de barnabé
    Jésus prédit qu'il sera trahi, et en descendant de la montagne, il guérit dix lépreux.
    A ces paroles de Jésus, Pierre répondit :«Maître voici que nous avons tout quitté pour te suivre. Qu'adviendra-t-il de nous? » Jésus répondit :«en vérité, au jour du jugement, vous serez assis à mes côtés et vous témoignerez contre les douze tribus d'Israël.»
    Cela dit, Jésus soupira et ajouta :«Seigneur, comment cela se fait-il : j'en ai choisi douze et l'un d'eux est un démon?» A cette parole les disciples s'attristèrent. Alors celui qui écrivit ceci, interrogea secrètement Jésus en pleurant :«Maître, Satan ne me trompera-t-il? Serai-je donc réprouvé? » Jésus répondit :«Ne t'attriste pas, Barnabé, car ceux que Dieu a choisis avant la création du monde, ne périront pas! Réjouis-toi parce que ton nom est inscrit au livre de la vie.» Jésus consola les disciples en disant :«Ne craignez pas, celui qui me haïra ne s'attriste pas de mes paroles, car il n'y a pas en lui de sentiment divin.» A ces paroles, les élus se consolèrent. Jésus fit les prières et ses disciples disaient :«Amen ! Qu'il en soit ainsi, Seigneur Dieu, tout-puissant et miséricordieux! »
    Après la prière, Jésus descendit de la montagne avec ses disciples. Il rencontra dix lépreux qui crièrent de loin :«Jésus, fils de David, aie pitié de nous!» Jésus les appela près de lui et leur dit :«Que voulez-vous de moi frères? » ils crièrent tous :«Donne-nous la santé»Jésus répondit :«Hélas, pauvres que vous êtes! Avez-vous donc perdu la raison pour dire : donne-nous la santé? Ne voyez-vous pas que je suis un homme comme vous? Appelez notre Dieu qui vous a créés et lui, qui est tout-puissant et miséricordieux, vous guérira! »Les lépreux répondirent en larmes :«Nous savons que tu es un homme comme nous, mais saint de Dieu et Prophète du Seigneur. C'est pourquoi, prie Dieu toi-même et lui nous guérira! »
    Là-dessus, les disciples supplièrent Jésus en disant «Seigneur, aie pitié d'eux! » Alors Jésus gémit et pria Dieu en disant :«Seigneur Dieu, tout-puissant et miséricordieux, aie pitié et écoute les paroles de ton serviteur. Pour l'amour d'Abraham notre père et par ton alliance sainte, aie pitié de leur demande et rend leur la santé! » Puis Jésus se tourna vers les lépreux et leur dit :«Allez vous présenter aux prêtres, selon la loi de Dieu! » Les lépreux s'en allèrent et, en chemin, ils furent guéris.
    Alors l'un d'eux, se voyant guéri, revint trouver Jésus; c'était un Ismaélite. Ayant retrouvé Jésus, se prosternant, il le révéra en disant :«Vraiment tu es saint de Dieu!» Avec remerciements, il le priait de l'accepter pour serviteur. Jésus répondit :«Dix ont été guéris, où sont les neuf autres?» Et à celui qui avait été guéri :«Je ne suis pas venu, dit-il, pour être servi, mais pour servir. Va donc chez toi et raconte ce que Dieu a fait pour toi, afin qu'ils sachent que s'approchent les promesses faites à Abraham et à son fils, ainsi que le royaume de Dieu. » Le lépreux guéri le quitta et, arrivé dans son pays, il raconta tout ce que Dieu avait opéré en lui par Jésus
    Chapitre 20 de l'évangile de barnabé
    Miracle opéré en mer par Jésus : Jésus indique où est reçu le Prophète.
    Jésus se rendit à la mer de Galilée; il monta dans une barque et navigua vers Nazareth, sa ville. Alors s'éleva une grande tempête, de sorte que le bateau était près de couler. Jésus dormait à la proue du bateau. Ses disciples s'approchèrent donc de lui et le réveillèrent en disant :«sauve-nous, Maître. car nous périssons! » Ils étaient en proie à une grande épouvante en raison du grand vent contraire et du fracas de la mer. Jésus se leva, et les yeux levés au ciel, il dit :«O Elohim Sabaot, aie pitié de tes serviteurs »! A peine Jésus avait-il prononcé ces paroles que le vent tomba et que la mer se calma.
    Alors les maris furent saisis de frayeur et dirent :«Quel est celui auquel obéissent la mer et le vent? »
    Arrivés à Nazareth, les marins remplirent la ville du récit de ce que Jésus avait fait. Alors la maison où ils se trouvaient fut envahie par les habitants de la ville. Les scribes et les docteurs se présentèrent à lui :«Nous avons entendu dire tout ce que tu as fait en mer et en Judée, dirent-ils. Donne-nous donc un signe ici, dans ta patrie!» Jésus répondit :«Cette génération incrédule cherche un signe, mais il ne lui sera pas accordé, parce qu'aucun Prophète n'est reçu dans sa patrie. Du temps d'Elie, il y avait beaucoup de veuves en Judée, mais il ne fut envoyé qu'à une veuve de Sidon pour qu'elle lui donne à manger. Il y avait beaucoup de lépreux en Judée au temps d'Elisée, et pourtant seul Aman le syrien fut guéri! » alors les habitants de la ville se mirent en colère; ils se saisirent de lui et le conduisirent au bord d'un précipice pour le jeter en bas, mais Jésus, marchant au milieu d'eux, s'en alla.

    Chapitre 21
    Jésus guérit un possédé; les porcs sont jetés à la mer; puis il guérit la fille de la Cananéenne.
    Jésus monta à Capharnaüm. Comme il approchait de la ville, un possédé sortit des tombes. Aucune chaîne ne pouvait le retenir et il faisait beaucoup de mal aux hommes. Les démons criaient par sa bouche: «Saint de Dieu, pourquoi es-tu venu nous molester avant le temps?» Et ils le priaient de ne pas les chasser, Jésus leur demanda combien ils étaient. Ils répondirent : «Six mille six cent soixante six!» En entendant cela, les disciples furent saisis de frayeur et ils priaient Jésus de s'en aller.
    Jésus dit alors :«Où est votre foi? C'est le démon qui doit s'en aller et non pas moi!» Les démons crièrent donc :«Nous sortirons! Mais permets-nous d'entrer dans ces porcs!» Il y avait là, passant près de la mer, à peu près dix mille porcs à des Cananéens. «Allez-vous-en, dit alors Jésus, et entrez dans les porcs!» Avec fracas, les démons entrèrent dans les porcs et les précipitèrent à la mer. Ceux qui gardaient les porcs s'enfuirent en ville et racontèrent tout ce qui était arrivé par Jésus. Les hommes sortirent donc de la ville et trouvèrent Jésus et l'homme guéri. Les hommes furent remplis de crainte et prièrent Jésus de quitter leur territoire.
    Jésus s'en alla donc de chez eux et monta du côté de Tyr et Sidon, Et voici qu'une femme de Canaan, sortie de son patrie à la recherche de Jésus avec deux de ces fils, lui cria en le voyant venir avec ses disciples :«Jésus, fils de David, aie pitié de ma petite fille qui est tourmentée par le diable.» Jésus ne lui répondit même pas un mot, parce qu'ils faisaient partie du peuple incirconcis. Les disciples furent pris de pitié et dirent :«Maître, aie pitié d'eux! voie comme ils crient et comme ils pleurent!» Jésus répondit :«Je ne suis envoyé qu'au peuple d'Israël». Alors la femme vint devant lui avec ses fils, pleurant et disant :«Fils de David, aie pitié de moi!» Jésus répondit :«Il n'est pas bon d'enlever le pain des mains des fils et de le donner aux chiens!» Jésus dit cela à cause de leur impureté, car ils faisaient partie du peuple incirconcis. La femme répondit :«Seigneur, les chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres!» Alors Jésus admira les paroles de la femme et dit :«Femme grande est ta foi!» Et, les mains levées au ciel, il pria Dieu. Puis il dit :«Femme, ta fille est libérée. Va en paix!» la femme s'en alla et en rentrant chez elle, elle retrouva la petite fille qui bénissait Dieu. C'est pourquoi la femme dit :«Vraiment il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu d'Israël!» Et toute sa parenté s'agrégea à la loi de Dieu, selon la loi écrite au livre de Moïse.
    Chapitre 22
    Misérable condition des incirconcis, puisqu'un chien est meilleur qu'eux.
    Ce jour là, les disciples interrogèrent Jésus :«Maître, pourquoi as-tu répondu à cette femme qu'ils étaient des chiens?» Jésus répondit :«Je vous le dit en vérité, un chien est meilleur que l'homme incirconcis!» Les disciples s'attristèrent alors et dirent :«Ces paroles sont dures. Qui pourra les comprendre?»
    Jésus répondit :«O insensés! Si vous considérez ce que fait le chien, pour servir son maître, alors qu'il est sans intelligence, vous trouverez que j'ai parlé juste. Dites-moi : le chien, ne garde-t-il pas la maison de son maître? n'expose-t-il pas sa vie contre le voleur? Certes oui! Mais que reçoit-il? Beaucoup de coup d'injures et un peu de pain; et toujours et présente à son maître une mine joyeuse, n'est-ce pas?» -«Oui, c'est vrai, Maître!» répondirent les disciples, Jésus dit alors :«Considérez maintenant tout ce que Dieu a donné à l'homme et vous verrez combien il est injuste de ne pas observer l'alliance que Dieu a conclue avec Abraham son serviteur.
    Souvenez-vous de ce que David dit à Saül, roi d'Israël, contre Goliath, le Philistin :«Seigneur, dit David, quand ton serviteur gardait les troupeaux de ton serviteur, le loup, l'ours et le lion survenaient et prenaient les brebis de ton serviteur. Alors ton serviteur partait les tuer et leur reprendre les brebis. Eh bien, quel est donc cet incirconcis, sinon quelqu'un qui leur ressemble? ton serviteur partira donc, au nom du seigneur Dieu d'Israël, et tuera cet impur qui blasphème le peuple saint de Dieu!»
    Alors les disciples dirent :«Maître, dis-nous pour qu'elle raison l'homme doit se circoncire!» Jésus répondit :«Qu'il vous suffise que Dieu l'a commandé à Abraham en ces termes : Abraham, circoncis ton prépuce et celui de toute ta maison, car c'est une alliance entre toi et moi pour toujours!»
    Chapitre 23
    Origine de la circoncision; alliance de Dieu avec Abraham; damnation des incirconcis.
    Cela dit, Jésus s'assit près de la montagne qui fait face à Tyr et ses disciples s'approchèrent de lui pour entendre ses paroles. Jésus dit alors :«Au paradis, après qu'Adam, premier homme trompé par Satan, eut mangé la nourriture défendue par Dieu, sa chair se rebella contre l'esprit. Alors il fit serment en ces termes :«Par Dieu, je veux te couper!» Et après avoir cassé une pierre, il prit sa chair pour la couper avec le tranchant. Aussi fut-il réprimandé par l'ange Gabriel. Il répondit :«J'ai juré par Dieu de la couper et je ne serai jamais monteur!» L'ange lui montra alors l'excroissance de sa chair et il la coupa. C'est pourquoi, de même que tout homme prend chair de la chair d'Adam, ainsi est-il est obligé d'observer tout ce qu'Adam promit par serment. Adam appliqua cela à ses fils et l'obligation de la circoncision se transmit de génération en génération.
    Or, au temps d'Abraham, l'idolâtrie s'étant multipliée sur la terre, peu nombreux étaient ceux qui se trouvaient circoncis. Dieu révéla donc à Abraham ce en disant :«Celui qui n'aura pas circoncis sa chair, je le rejetterais de mon peuple à jamais!». A ces paroles des Jésus, les disciples tremblèrent de crainte, parce qu'il avait parlé dans la véhémence de l'esprit. Jésus dit alors :«Laissez sa crainte à celui qui n'a pas circoncis son prépuce, parce qu'il est privé du paradis!»
    Puis Jésus ajouta :«Chez beaucoup, l'esprit est prompt dans le service de Dieu, mais la chair est faible. C'est pourquoi l'homme qui craint Dieu doit considérer ce qu'est la chair, d'où elle a pris origine et ce à quoi elle sera réduite. Dieu créa la chair de la boue de la terre. En elle, il insuffla le souffle vital en soufflant dedans. Quand donc la chair fait obstacle au service de Dieu, elle doit donc être méprisée comme de la boue et foulée aux pieds, car celui qui hait son âme en ce monde, la garde pour la vie éternelle. Ce qu'est la chair actuellement, ses désirent le manifestent : elle est un cruel ennemi de tout bien, car elle seule désire le péché. L'homme doit-il donc, pour complaire à son ennemi, cessez de plaire à Dieu, son créateur? Jugez-en vous-mêmes! Tous les saints et Prophètes ont été ennemis de leur chair pour le service de Dieu. C'est pourquoi spontanément et avec allégresse, ils allaient à la mort pour ne pas offenser la loi de Dieu, donné à Moïse, son serviteur, en allant servir les dieux faux et menteurs. Souvenez-vous d'Elie qui fuyait par des lieux déserts de montagne, ne mangeant que de l'herbe et vêtu de peaux de chèvre. Combien de jours ne jeûna-t-il pas! Quel froid ne supporta-t-il pas! combien de pluies le trempèrent! Et tout cela pendant les sept ans que dura l'âpre persécution de l'impure Jézabel! Rappelez-vous Elisée qui mangeait du pain d'orge et s'habillait de vêtements des plus grossiers! Je vous le dit en vérité, ceux-là, qui n'ont pas craint de mépriser leur chair, étaient terriblement redoutés des rois et des princes. Cela suffirait pour mépriser la chair, ô hommes! mais si vous regardez les tombeaux, vous saurez ce qu'est la chair!»
    Chapitre 24
    Exemple remarquable de la façon dont on doit fuir les festins et les orgies.
    Jésus ajouta en pleurant: «Malheur à ceux qui sont les serviteurs de leur chair, parce qu'ils sont assurés de n'avoir aucun bien dans l'autre vie, mais seulement des tourments pour leurs péchés! Je vous le dis, il était une fois un riche bon vivant qui ne s'occupait que d'orgies. Tous les jours donc, il faisait un festin splendide. A sa porte, se tenait un pauvre couvert de plaies, nommé Lazare. ce dernier désirait avoir les miettes qui tombaient sous la table du bon vivant, mais personne ne les lui donnait. Au contraire, tous se moquaient de lui. Les chiens seuls le prenaient en pitié et léchaient ses plaies. Il arriva que le pauvre mourut et que les anges le portèrent dans les bras d'Abraham, notre père. Le riche mourut aussi et les diables le portèrent dans les bras de Satan.
    Alors tourmenté à l'extrême, il leva les yeux et il vit au loin Lazare dans les bras d'Abraham. Le riche cria :«Père Abraham, aie pitié de moi! Envoie Lazare pour qu'il m'apporte une goutte d'eau sur ses doigts, afin de me rafraîchir la langue, car elle est tourmentée dans cette flamme!» Abraham répondit : «Fils, souviens-toi que tu as reçu ton bien dans l'autre vie et que Lazare a reçu son mal. C'est pourquoi tu seras maintenant dans le tourment et Lazare dans la consolation.» le riche appela de nouveau :«Père Abraham, chez moi j'ai trois frères; envoie donc Lazare leur raconter tout ce que je souffre, pour qu'ils fassent pénitence et ne viennent pas ici!» Abraham répondit : «Ils ont Moïse et les Prophètes, qu'ils les écoutent!» Le riche rétorqua : «Non, Père Abraham! Mais si un mort ressuscite, ils croiront!»Abraham reprit : «Celui qui ne croit pas à Moïse et aux Prophètes, ne croira pas non plus aux morts, s'ils ressuscitent!»
    «Voyez donc s'ils sont bienheureux les pauvres, dit Jésus; ils sont patients, ils ne désirent que le nécessaire en haïssant la chair! Comme ils sont misérables ceux qui mènent les autres au tombeau où ils donneront leur chair en nourriture aux vers. Ils n'apprennent pas la vérité, mais se comportent au contraire ici-bas, comme des immortels! Ils se bâtissent donc de grandes maisons, achètent de grandes rentes et vivent superbement.»
    Chapitre 25
    Comment on doit mépriser la chair et vivre dans le monde.
    Celui qui écrit ceci dit alors : «Maître, tes paroles sont vraies et c'est pourquoi nous avons tout abandonné pour te suivre. Dis-nous comment nous devons haïr notre chair, puisqu'il n'est pas permis de tuer, et que, si l'on vit, il faut la nourrir.»
    Jésus répondit : «garde ta chaire comme un cheval et tu vivras en sécurité parce qu'à un cheval on mesure sa nourriture, mais on ne mesure pas sa fatigue; on lui met le mors pour qu'il marche à ta guise; on l'attache pour qu'il ne fasse de mal à personne; on le loge dans un endroit grossier et on le bat quand il n'est pas obéissant. Ainsi feras-tu donc, toi aussi, Barnabé, et tu vivras toujours avec Dieu! Ne scandalisez pas de mes paroles car David, le Prophète, agissait de même, comme il l'avoue en disant : «Je suis comme un cheval près de toi; je suis toujours avec toi.»
    Maintenant, dites-moi quel est le plus pauvre, celui qui se contente de peu, ou bien celui qui désire beaucoup? je vous le dis en vérité, si le monde était sain d'esprit, il n'amasserait rien individuellement, mais tout serait en commun; on reconnaît sa folie en ceci : plus il amasse, plus il désire; et tout ce qu'il amasse, il l'amasse pour le repos corporel des autres. C'est pourquoi il vous suffira d'un seul vêtement. Jetez votre bourse. Ne portez ni sac, ni chaussures aux pieds et ne pensez pas : «Qu'adviendra-t-il de nous? »Pensez à faire la volonté de Dieu et Lui pourvoira si bien à vos besoins que vous ne manquerez de rien. Moi je vous le dis en vérité, amasser beaucoup dans cette vie est une bonne preuve qu'on a rien à recevoir dans l'autre. En effet, celui qui a pour patrie Jérusalem ne bâtit pas de maison en Samarie, puisqu'il y a inimitié entre ces deux villes. Comprenez-vous ?» - «Oui », répondirent les disciples.
    Chapitre 26
    Comment on doit aimer Dieu. Ce chapitre contient aussi l'admirable querelle d'Abraham et de son père.
    Jésus dit alors :«Un homme est en voyage. En chemin, il découvre un trésor dans un champ qui est en vente pour cinq deniers. A cette nouvelle, l'homme vend aussitôt son manteau pour acheter ce champ. Est-ce que c'est croyable?». -«Celui qui le croirait pas serait pour un fou», répondirent les disciples. «Vous serez donc fous, dit Jésus, si vous ne donnez pas vos sens à Dieu pour acheter votre âme dans laquelle se trouve le trésor inégalable, puisque pour celui qui aime Dieu, Dieu est à lui, et celui qui a Dieu a tout!»
    Pierre intervint : «Maître, comment doit-on aimer Dieu de véritable amour? Dis-le nous!» - En vérité, je vous le dis, répondit Jésus, celui qui ne haïra pas son père, sa mère, ainsi que sa propre vie, ses enfants et sa femme pour l'amour de Dieu, celui-là ne mérite pas d'être aimé par Dieu».
    Pierre reprit : «Maître, il est écrit dans la loi de Dieu, au livre de Moïse : «Honore ton père pour vivre longuement sur terre». Et il est dit aussi : «Qu'il soit maudit le fils qui n'obéira pas à son père et à sa mère!» C'est pourquoi Dieu ordonna qu'un tel fils désobéissant fût lapidé par la colère du peuple, devant la porte de la ville. Alors comment dis-tu qu'il faut haïr père et mère ?».
    Jésus répondit : «Chacune de mes paroles est vraie parce qu'elle n'est pas de moi mais de Dieu qui m'a envoyé à la maison d'Israël. Aussi je vous le dis que tout ce que vous avez, c'est Dieu qui vous l'a donné. Qu'y a-t-il donc de plus précieux : le don ou bien le donateur ? Quand ton père, ta mère, toute autre chose sont pour toi un scandale dans le service de Dieu, abandonne-les comme des ennemis!»
    «Dieu n'a-t-il pas dit à Abraham : «Sors de la maison de ton père et de ta parenté et viens habiter le pays que je te donnerai ainsi qu'à ta descendance».Pourquoi donc Dieu dit-il cela ? Mais parce que le père d'Abraham était sculpteur et qu'il façonnait et adorait les dieux menteurs. Aussi y avait-il inimitié entre eux à tel point que le père voulut faire brûler son fils»
    Pierre reprit : «Tes paroles sont vraies. Dis-nous donc comment Abraham raillait son père!»
    Jésus répondit : «Abraham avait sept ans quand il commença à chercher Dieu. Un jour donc, il dit à son père :
    - «Qu'est ce qui a fait l'homme ? »
    - «C'est l'homme, répondit sottement le père. Parce que moi je t'ai fait et mon père m'a fait ».
    - «Père, reprit Abraham, ce n'est pas cela. Car j'ai entendu un vieillard dire en pleurant : «Mon Dieu, pourquoi ne m'as tu pas donné d'enfants ?»
    - «C'est vrai, fils, répondit le père, Dieu aide l'homme à faire l'homme, mais il n'y met pas la main. Il faut seulement que l'homme aille prier son Dieu et qu'il lui donne des agneaux et des brebis et son Dieu l'aidera».
    - «Combien y a-t-il de dieux, père ?» reprit Abraham.
    - «Il y en a une infinité, fils» répondit le vieillard.
    - «Père, dit Abraham, que ferai-je si je sers un Dieu et qu'un autre veuille me faire du mal parce que je ne le sers pas? Une discorde s'élèvera certainement entre eux et il y aura la guerre parmi les dieux. Mais si par hasard le Dieu qui me veut du mal tue mon Dieu, que ferai-je? Il me tuera certainement moi aussi!»
    - Fils, répondit en riant le vieillard, n'aie pas peur, car aucun Dieu ne fera la guerre à un autre Dieu. En effet, dans le grand temple, il y a mille dieux avec le grand Baal. Eh bien, j'ai bientôt soixante-dix ans et je n'ai jamais vu un Dieu en souffleter un autre. Et pourtant, tous ne servent pas le même Dieu, mais celui-ci sert l'un et celui-là un autre».
    - «Ils sont donc en paix entre eux.»
    - «Oui, dit le père, ils sont en paix.»
    Abraham dit alors : «Père, comment sont les dieux ? »
    - «Insensé, répondit le vieillard, chaque jour je façonne un Dieu que je vend pour acheter du pain, et toi tu ne sais pas comment sont les dieux!» Juste à ce moment, il fabriquait une idole. «Celui-là, dit-il, est en bois de palmier. Celui-ci en olivier. ce petit-là est en ivoire, regarde comme il est beau! Ne dirait-on pas qu'il est vivant? Pour sûr, il ne lui manque que le souffle!»
    - «Père, répondit Abraham, ils n'ont donc pas de souffle les dieux? Comment alors donnent-ils le souffle? S'ils sont sans vie, comment donnent-ils la vie? Père, ils ne sont certainement pas Dieu!»
    A ces paroles, le vieillard se mit en colère :
    - «Si tu étais en âge de raisonner, dit-il, je te romprais la tête avec cette hache. Mais tais-toi car tu n'as pas encore de raison!»
    - «Père, répondit Abraham, si les dieux aident à faire l'homme, comment se fait-il que l'homme fassent les dieux? Et si les dieux se fabriquent avec du bois, c'est un grand péché que de brûler le bois! Mais dis-moi, père, pourquoi, alors que tu as façonné tant de dieux, ne t'ont-ils pas aidé a faire tant d'enfants? Tu serais ainsi le plus puissant du monde!»
    Le vieillard était hors de lui d'entendre son fils parler ainsi. Celui-ci ajouta :
    - «Père, pendant un certain temps le monde a été vide d'hommes, n'est ce pas?»
    - «Oui, répondit le vieillard, et pourquoi ?»
    - «Parce que, dit Abraham, je voudrai savoir qui a fait le premier Dieu ».
    - «Sors d'ici tout de suite, dit le vieillard! Laisse-moi fabriquer rapidement ce Dieu et ne m'adresse pas la parole, car quand tu as faim tu veux du pain et pas des paroles».
    - «Un beau Dieu, certainement, dit Abraham, que vous taillez comme vous voulez et qui ne se défend pas!»
    Le vieillard se mit alors en colère et dit :
    - «Tout le monde dit que c'est un Dieu, et toi, fou, tu dis qu'il ne l'est pas? Par mes dieux, si tu étais un homme, je te tuerais!» Et cela dit, il donna des coups de poing et de pied à Abraham, et il le chassa de la maison.
    Chapitre 27
    Dans ce chapitre, on voit clairement combien le rire est impropre aux hommes. On voit aussi la prudence d'Abraham.
    Les disciples riaient de la folie du vieillard et admiraient la prudence d'Abraham. Jésus les réprimanda en disant :«Vous avez oublié les paroles du Prophète : Le rire présent est une annonce des larmes à venir. Et encore : Tu n'iras pas où l'ont rit, mais assieds-toi là où l'on pleure, car cette vie traverse des misères».
    Jésus dit alors : «Ne savez-vous pas qu'au temps de Moïse, Dieu changea en animaux stupides beaucoup d'hommes qui se trouvaient en Egypte parce qu'ils avaient ri et qu'ils s'étaient moqués des autres? Prenez garde! Ne riez de rien parce que vous pleurerez». Les disciples dirent : «Nous rions de la folie du vieillard». Jésus reprit alors : «En vérité, je vous le dis, chacun aime ce qui lui ressemble et s'y complaît. Si donc vous n'étiez pas fous, vous ne ririez pas de la folie». Ils répondirent «Que Dieu aie pitié de nous ». Jésus dit : «Qu'il en soit ainsi». Philippe intervint alors : «Maître, comment arriva-t-il que le père d'Abraham voulût faire brûler son fils?» Jésus répondit :«Abraham parvenu à l'âge de douze ans, son père lui dit un jour : «Demain, c'est la fête de tous les dieux. Nous irons donc dans le grand temple et nous porterons un présent à Baal, mon grand Dieu. Et toi, tu te choisiras un Dieu, parce que tu es en âge d'avoir un Dieu.» Abraham, en rusant répondit : «Volontiers, mon père ». Ils allèrent donc au temple le matin de bonne heure, avant personne d'autre. Mais Abraham portait une hache cachée sous son vêtement. Une fois dans le temple, tandis que la foule grossissait, Abraham se cacha derrière une idole dans un endroit sombre du temple. Son père crut en s'en allant qu'Abraham était parti à la maison avant lui; il ne se mit donc pas à sa recherche.
    Chapitre 28
    Lorsque tous eurent quitté le temple, les prêtres fermèrent et s'en allèrent. Abraham prit alors la hache et coupa les pieds de toutes les idoles, sauf ceux du grand Dieu Baal auprès duquel il déposa la hache. Comme les statues étaient vieilles et faites de plusieurs morceaux, en morceaux elles s'écroulèrent. Ensuite, comme Abraham sortait du temple, il fut aperçu par certains qui soupçonnèrent d'y être allé voler quelque chose. Ils le retinrent donc, et arrivés au temple, en voyant leurs dieux brisés de cette manière, ils crièrent en pleurant : «Venez vite, hommes, et tuons celui qui a tué nos dieux ». Près de dix mille hommes ainsi que les prêtres accoururent et demandèrent à Abraham pour quelle raison il avait détruit leurs dieux. Abraham répondit : «Vous êtes insensés. Est-ce qu'un homme peut tuer Dieu? C'est le grand Dieu qui les a tués. Ne voyez-vous pas la hache qu'il a aux pieds ? Il ne veut certainement pas de compagnons ».
    Le père d'Abraham arriva alors. Se rappelant tous les discours qu'Abraham avait prononcés contre leurs dieux et reconnaissant la hache avec laquelle Abraham avait brisé les idoles, il s'écria : «C'est mon traître de fils qui a tué nos dieux, car cette hache est à moi ». Il leur raconta alors tous ce qui s'était passé entre lui et son fils. Les hommes rassemblèrent donc une grande quantité de branches et, après avoir lié les mains et les pieds d'Abraham, ils le couchèrent sur les branches et ils y mirent le feu. Et voici que Dieu, par son ange commanda au feu de ne pas brûler Abraham, son serviteur. Le feu prit avec grande fureur et brûla près de deux mille hommes qui parmi ceux qui avaient condamné Abraham à mort. Abraham, au contraire, se trouva libre et porté par l'ange de Dieu près de la maison de son père, sans voir qui le portait. C'est ainsi qu'Abraham échappa à la mort.
    Chapitre 29
    Philippe dit alors : «Grande est la miséricorde de Dieu envers ceux qu'il aime. Dis-nous, Maître : Comment Abraham parvint-il à la connaissance de Dieu? » Jésus répondit : «Arrivé près de la maison de son père, Abraham craignit d'y entrer. Il s'en éloigna donc un peu et s'assit sous un palmier. Comme il se tenait là, il se dit : «Dieu doit avoir plus de vie et de force que l'homme, puisqu'il fait l'homme ». Alors, en regardant les étoiles, la lune et le soleil, il pensa qu'ils étaient Dieu; mais considérant leur mutabilité et leurs mouvements, il dit :«Dieu ne doit pas bouger et les nuages ne doivent pas l'obscurcir, sans quoi les hommes seraient anéantis ».
    Puis, tandis qu'il hésitait ainsi, il s'entendit appeler par son nom : «Abraham!» mais s'étant retourné et ne voyant personne d'aucun côté, il dit : «J'ai pourtant entendu qu'on m'appelait par mon nom : «Abraham!»Puis deux autres fois, de la même manière, il s'entendit appeler par son nom : «Abraham!» Il répondit :«Qui m'appelle?» Alors il entendit qu'on disait : «je suis Gabriel l'ange de Dieu». Abraham fut rempli de crainte. L'ange le réconforta : «Ne crains rien, Abraham, car tu es ami de Dieu. En effet quand tu as mis en pièces les dieux des hommes, tu as été élu par le Dieu des anges et des Prophètes, et tu es inscrit au livre de la vie.»
    Abraham demanda alors : «Que dois-je faire pour servir le Dieu des anges et des saints Prophètes?» L'ange répondit : «Va à cette source et lave-toi, parce que Dieu veut parler avec toi.» Abraham reprit : «Mais comment dois-je me laver?» Alors l'ange se présenta à lui même en beau jeune homme et se lava dans la source en disant : «Fais ainsi, toi aussi, Abraham!» Après qu'Abraham se fut lavé, l'ange poursuivit : «va sur cette montagne, car c'est là que Dieu veut te parler». Abraham gravit la montagne comme l'ange le lui avait indiqué.
    S'étant assis sur ses jambes, il se disait : «Quand donc le Dieu des anges me parlera-t-il ? » Il entendit des voies suaves qui l'appelaient : «Abraham!» Il répondit :«Abraham! Qui m'appelle ? » La voix reprit : «Je suis ton Dieu, Abraham». Rempli de frayeur Abraham tomba la face contre terre en disant : «Comment ton serviteur pourra-t-il t'écouter, lui qui est poussière et cendre ? »Alors Dieu dit : «Ne crains pas, mais lève toi, car je t'ai choisi pour être mon serviteur, et je veux te bénir et te faire croître en un grand peuple. C'est pourquoi, sors de la maison de ton père et de ta parenté et viens habiter le pays que je te donnerai ainsi qu'à ta descendance ».Abraham répondit : «Seigneur, je ferai tous cela, mais protège-moi pour qu'aucun autre Dieu ne me fasse du mal».Alors Dieu prononça ces paroles : «Je suis seul et il n'y a pas d'autre Dieu que moi. Je frappe et je guéris, je tue et je donne la vie, je conduis en enfer et j'en retire, et personne ne peut se libérer de mes mains». Dieu lui donna alors l'alliance de la circoncision. C'est ainsi que notre père Abraham connut Dieu. Cela dit, Jésus leva les mains en disant : «A toi soient honneur et gloire, ô notre Dieu, Ainsi soit-il »!


    Lire la suite[/c

      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء سبتمبر 20, 2017 7:11 pm